Changements récents | RSS
Plan du site
Imprimer
Rechercher:


QUI SOMMES-NOUS ?
RÉSEAU ET ANNUAIRE
LETTRE D'INFO
ECHOSCIENCES


MARDIS DE LA SCIENCE
FÊTE DE LA SCIENCE
ACTIONS SCOLAIRES


EXPOSITIONS ET OUTILS
RESSOURCES EN LIGNE


SUIVEZ-NOUS

Facebook  Echosciences

NOUS CONTACTER

Scienceontourne

Science on tourne

« Science on tourne ! » est un cycle de webcast entre scientifiques et lycéens. Le jour du webcast, des lycéens de différentes classes sont invités à assister à une conférence scientifique en direct depuis la salle de conférence de leur établissement, équipée en vidéoprojection et son. Un film de 30 minutes est diffusé en première partie de séance. Il présente l’intervenant dans son laboratoire, ses recherches, ses collègues, des expériences... La deuxième partie est le webcast de 20 minutes, c’est un échange de questions/réponses (Q/R) entre les lycéens et l’intervenant qui réagit en live devant eux.


Un projet porté par C’est dans l’aire, Territoires de la culture scientifique

L’association C’est dans l’aire, lauréate du programme des Investissements d’Avenir, fédère 6 centres de science de 6 régions, qui ont l’ambition commune de porter les actions de culture scientifique, technique et industrielle vers des territoires et des publics éloignés, dans une démarche de mutualisation des moyens : Armorscience (Pleumeur-Bodou, Bretagne), le Carbet des Sciences (Saint-Joseph, Martinique), Centre Sciences (Orléans, Centre), Lacq Odyssée (Mourenx, Aquitaine), la Nef des sciences (Mulhouse, Alsace) et le Pavillon des sciences (Montbéliard, Franche-Comté).
en savoir plus...

Saison 2017-2018

Sommaire (cacher)


Inscrivez vous aux prochains webcast :


Le nouveau programme des Science on tourne ! est disponible
Contenant pas moins de 8 conférences, sur des thématiques variées.

télécharger le PDF

Le risque sismique

Mardi 14 novembre 2017 de 16h à 17h
Avec Jérôme Vergne, physicien, Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre (EOST), Institut de Physique du Globe de Strasbourg

Strasbourg est un lieu emblématique de la sismologie, à travers sa station de surveillance historique et les recherches et observations qui y sont encore menées.
Jérôme Vergne et ses collègues vous emmènent au coeur de l’EOST à la découverte de ses activités d’observation et de suivi de la sismicité métropolitaine (le réseau sismologique français et son évolution, l’analyse des signaux et des témoignages...), ainsi que de quelques-unes de ses activités de recherche en sismologie : méthode d’estimation rapide de la magnitude, par exemple.
Le documentaire aborde également les aspects d’aléa, de vulnérabilité des constructions et les moyens de prévention vis-à-vis du risque sismique.
MOTS CLÉS : séisme, sismologie, risque, prévention, aléa
MATIÈRES CONCERNÉES : SVT/GÉOLOGIE/PHYSIQUE/GÉOGRAPHIE/TECHNOLOGIE
Inscrivez votre classe : http://bit.ly/2x7nNHh


Nanotechnologies, jouer avec la matière

Jeudi 30 novembre 2017 de 14h à 15h
Avec Joachim Allouche, Antoine Bousquet et Coste Mawele Loudy, chimistes, IPREM (Institut des Sciences analytiques et de Physico-chimie pour les matériaux et l’environnement), Université de Pau et des Pays de l’Adour

Compte tenu de l’engouement pour les nanotechnologies, quels sont les impacts dans notre vie quotidienne ? Par le biais d’un projet de recherche mené à l’Institut IPREM concernant la création d’un tissu de croissance cellulaire à base de nanoparticules d’or, l’équipe de chercheurs abordera cette thématique. Le sujet sera décliné à travers les points suivants :
- que sont les nanotechnologies ? ;
- le mécanisme de synthèse des nanoparticules ;
- le mode d’obtention d’un matériau associé à des nanotechnologies ;
- les propriétés recherchées.
MOTS CLÉS : nanotechnologies, nanoparticules, polymères
MATIÈRES CONCERNÉES : PHYSIQUE/CHIMIE/TECHNOLOGIE
Inscrivez votre classe : http://bit.ly/2w3nZm0


Foodyplast, des emballages en plastique bons pour la santé

Mardi 5 décembre 2017 de 14h à 15h
Avec Ahmed Allal, Ambre Issart, Christelle Bonnemason-Carrère, chimistes, IPREM (Institut des Sciences analytiques et de Physico-chimie pour les matériaux et l’environnement), Université de Pau et des Pays de l’Adour

Aujourd’hui les consommateurs prennent pour habitude de lire les étiquettes des ingrédients de leurs aliments. Mais qui s’intéresse à la composition de l’emballage de son jambon blanc ou de son fromage préféré ? Pourtant, après les scandales du bisphénol A et autres molécules soupçonnables, il est passionnant de s’intéresser à la composition des plastiques alimentaires et des molécules qui migrent dans les aliments. Les chercheurs du projet Foodyplast proposent une nouvelle voie : des plastiques sains et respectueux de l’environnement composés d’additifs naturels ! Le projet vise d’abord une application industrielle aux produits alimentaires labellisés, avant d’espérer toucher tous les secteurs de l’agroalimentaire.
MOTS CLÉS : chimie, polymères, plastique, santé, agroalimentaire
MATIÈRES CONCERNÉES : PHYSIQUE/CHIMIE/MÉTIER D’INGÉNIEUR/MÉTIER DE L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE
Inscrivez votre classe : http://bit.ly/2xLLzpv


Mission Taranis : développement d’instruments à destination de l’exploration

spatiale Jeudi 7 décembre 2017 de 14h à 15h
Avec Michel Tagger, directeur de recherche au Cnrs et directeur de laboratoire, Jean-Louis Pinçon, chargé de recherche au Cnrs et responsable scientifique de Tanaris et Sébastien Célestin, maître de conférences à l’université d’Orléans - Laboratoire de physique et chimie de l’environnement et de l’espace (LPC2E), unité mixte Cnrs - université d’Orléans

Lors des orages, des flashs lumineux entre 40 et 90 km de haut, ou « Sprites », peuvent se produire au-dessus des nuages orageux. Ces phénomènes lumineux découverts il y a plus de 25 ans, restent partiellement un mystère pour la communauté scientifique. Le satellite Taranis, dont le lancement est prévu en 2019, a pour objectif d’étudier tous les phénomènes se produisant au-dessus des orages. Des chercheurs du laboratoire LPC2E travaillent actuellement au développement d’instruments qui seront embarqués sur le satellite. Taranis sera équipé de capteurs optiques (caméras et photomètres), d’un détecteur de rayonnement Gamma, de détecteurs d’électrons et d’un ensemble de capteurs électriques et magnétiques. En collaboration avec le CNES, c’est tout un savoir-faire français qui est mis en avant et est attendu par toute la communauté scientifique internationale.

MOTS CLÉS : Espace, satellite, effet "sprite", physique
MATIÈRES CONCERNÉES : PHYSIQUE/CHIMIE/TECHNOLOGIE/DÉVELOPPEMENT DURABLE/INFORMATIQUE/MÉTIERD’INGÉNIEUR/MÉTIER DE L’INDUSTRIE
Inscrivez votre classe : http://bit.ly/2gZwSeu


Les micropolluants aquatiques océaniques

Jeudi 14 décembre 2017 de 14h à 15h
Avec Laurent Lanceleur, Mathilde Monperrus, Yann Lalanne, Damien Sous, Carole Miossec et Aurore Gueux de l’IFREMER, du CNRS et de l’INRA, Structure fédérative de recherche MIRA (Milieux et ressources aquatiques) à Anglet.

Tous les jours, chacun de nous utilise des dizaines de molécules qui vont terminer leur vie dans l’eau : lessives, cosmétiques, crèmes solaires, médicaments… Les rejets domestiques et industriels dans les fleuves, même filtrés par les stations d’épuration, serpentent jusqu’à l’océan. L’équipe du MIRA part à la recherche de ces micropolluants et s’intéresse à leur devenir une fois en mer. Quelles sont ces molécules ? Comment se métabolisent-elles dans les eaux ? Les produits secondaires sont-ils moins toxiques que les molécules d’origine ? L’équipe de recherche plonge au fond du gouf de Capbreton pour observer comment ces molécules se comportent au contact des sédiments profonds. En mesurant la biodiversité benthique et en analysant la bioaccumulation dans les poissons et crustacés, les chercheurs tentent de définir des bioindicateurs fiables car ces eaux où sont rejetées les pollutions sont aussi celles où nous nous baignons.
MOTS CLÉS : chimie, micropolluants, pollution des mers, biodiversité, santé
MATIÈRES CONCERNÉES : CHIMIE/SVT/DÉVELOPPEMENT DURABLE
Inscrivez votre classe : http://bit.ly/2x7BZA1

Le véhicule autonome

Mardi 23 janvier 2018 de 16h à 17h
Avec Michel Basset, professeur des universités, Université de Haute-Alsace, Mulhouse, Laboratoire MIPS.

Le véhicule autonome est l’un des éléments clés qui vont modifier en profondeur la ville du futur. Il offre de nombreuses possibilités pour une mobilité intelligente et dynamique. La voiture 100 % autonome désigne un véhicule entièrement piloté par une intelligence électronique embarquée. Celui-ci sera capable de se diriger seul, d’interagir avec son environnement pour adapter sa conduite en fonction des événements (accidents, travaux...) et des autres usagers de la route (voitures, piétons...) afin de se rendre à un lieu donné sans intervention humaine. Cela correspond au dernier niveau d’autonomie possible d’un véhicule. Les travaux de recherche menés sur la voiture autonome par le Laboratoire MIPS sont actuellement en phase de test (automne 2017). Et c’est à Mulhouse que cela se passe ! En particulier, le projet SIMPHA vise à faciliter les déplacements des personnes à mobilité réduite. Le véhicule autonome, comment fonctionne-t-il exactement ? Cette voiture intelligente est-elle le véhicule du futur ? Futur proche ou lointain ? Que va-t-il apporter de plus à notre société de demain ? '''MOTS CLÉS : voiture intelligente, véhicule autonome, Intelligence Artificielle, mobilité du futur
MATIÈRES CONCERNÉES : PHYSIQUE/GÉOGRAPHIE/TECHNOLOGIE/DÉVELOPPEMENT DURABLE/GPS/INFORMATIQUE/MÉTIERD’INGÉNIEUR/MÉTIER DE L’INDUSTRIE AUTOMOBILE
Inscrivez votre classe : http://bit.ly/2eGjCuu'''

Visionnez les anciens webcast

Si vous êtes intéressé pour participer à ce type d'événement, vous pouvez visionner les anciennes conférences grâce au lien et nous vous donnons rendez-vous pour les prochains webcast !!!

La chimie du verre au service du recyclage de nos déchets

avec Nadia Pellerin, Jacques Poirier et Patrick Echegut du laboratoire CEMHTI CNRS & Université d’Orléans
Déchets nucléaires, déchets ménagers, amiante… notre société est source de déchets de diverses natures et origines, présentant pour certains des risques conséquents pour l’homme et la biosphère. L’homme dispose de verres issus soit de ressources naturelles soit élaborés en laboratoire ou en industrie. À l’échelle la plus intime de leur structure, ces verres ont la précieuse faculté d’incorporer une large panoplie d’atomes dont sont constitués nos déchets.
Le laboratoire CEMHTI élabore et analyse les matériaux, répondant à de nombreuses questions concernant les propriétés de structure et le comportement à long terme des verres de stockage et d’inertage des déchets. Pour ce faire, il dispose de fours à haute température, d'équipements de spectroscopie et notamment de RMN, de microscopie électronique ou encore de faisceaux de particules et d'outils de calcul.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/965766_59dba368e689e

La ville du futur, une ville intelligente

Avec Eric Hueber et Djaffar Ould Abdeslam, maîtres de conférence, Université de Haute-Alsace, Mulhouse, Laboratoire MIPS.
La ville intelligente utilise les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour améliorer la qualité des services urbains ou encore réduire ses coûts. 25 communes françaises ont développé des services intelligents, dont Angers, Bordeaux, Mulhouse et Strasbourg. Ces services, transports en commun disponibles, occupation des piscines municipales en temps réel, consommation énergétique par compteur Linky, gestion des déchets, capteurs de stationnement, mise en réseau d’habitations, service public dématérialisé…, devront, à terme, rendre les villes plus économes en énergie, plus connectées, plus vertes. Les citadins du futur, de plus en plus nombreux (75% en 2050 contre 50% en 2017) seront-ils moins isolés et plus heureux ?

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/959074_59b7d6710470a

(Re)découvrir les patrimoines du Val de Loire

Mardi 16 mai à 14h, avec Benoist Pierre, Professeur des Universités en Histoire, Directeur du Centre d’études supérieures de la Renaissance (UMR 7323) et du Programme ARD Intelligence des Patrimoines
Christophe Baltzinger, Ingénieur de Recherche en Écologie végétale, animale et forestière - IRSTEA - EFNO
Xavier Brunetaud, Maître de conférences en Génie civil - Sciences des matériaux - Université d’Orléans - PRISME (EA 4229)
Xavier Rodier, Ingénieur de Recherche en Archéologie - Université de Tours/CNRS - CITERES-LAT (UMR 7324)

Le domaine de Chambord n'est pas seulement un château, mais aussi un immense espace naturel. Il est également un terrain d'étude pour de nombreux scientifiques ayant des spécialités et des intérêts différents. Pour bien comprendre ce site patrimonial, de nombreuses disciplines sont en effet mises en œuvre : histoire, archéologie, sciences des matériaux, écologie végétale et animale, etc. Ce webcast est l’occasion de découvrir des recherches interdisciplinaires menées en laboratoire et sur le terrain, ainsi que des projets inédits de valorisation patrimoniale associant les technologies du numérique.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/785739_5857b41a6a022

La recherche en maths, c’est quoi ?

Jeudi 11 mai à 14h Avec Philippe GRILLOT, maître de conférences au laboratoire de Mathématiques - Analyse, Probabilités, Modélisation - Orléans (MAPMO), unité mixte CNRS, université d’Orléans

Parler de recherche mathématiques n’est pas évident mais les chercheurs en maths ont plusieurs cordes à leur arc pour la faire partager, cela de manière simple et parlante. Rentrez dans un laboratoire de mathématiques et laissez-vous conter leurs travaux. Un des premiers travaux, bien souvent essentiel en recherche mathématique consiste à bien poser le problème, c’est-à-dire l’insérer dans un cadre dont les objets sont bien définis. Par exemple, pour un problème de géométrie, le cadre sera différent si l’on travaille dans le plan ou sur la sphère. Enfin, ce qui pourrait être le «Graal» du chercheur en maths est de construire des liens, des «ponts» entre plusieurs domaines des mathématiques.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/785761_5857b5001ee32

Les verres s’emballent pour nos déchets !

Jeudi 4 mai, à 14h, Avec Nadia PELLERIN, maître de Conférences HDR, équipe « ordre et désordre dans les matériaux : approche RMN » au laboratoire CEMHTI du CNRS d’Orléans

Déchets nucléaires, déchets ménagers, amiante… notre société est source de déchets de diverses nature et origine, présentant pour certains des risques conséquents pour l’homme et la biosphère. Parmi Les matériaux dont l’homme dispose, ressources naturelles ou fruits de la recherche et de l’élaboration en laboratoire ou en industrie, les verres ont la précieuse faculté d’incorporer à l’échelle la plus intime de leur structure une large panoplie d’atomes dont sont constitués nos déchets.
Le laboratoire CEMHTI grâce à ses fours à haute température, ses équipements de spectroscopie et notamment de RMN, de microscopie électronique ou encore ses faisceaux de particules et ses outils de calcul, élabore et analyse les matériaux, répondant à de nombreuses questions concernant les propriétés de structure et le comportement à long terme des verres de stockage et d’inertage des déchets.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/785750_5857b49554e57/


L’éducation des adolescents à la sexualité et la place actuelle de la pornographie

Vendredi 7 avril, à 14h, Avec le Professeur Israël NISAND, gynécologue obstétricien aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et professeur des universités

De tous temps, le développement du cerveau de l’adolescent sur le plan sexuel a pu se faire pour chacun à sa vitesse et avec ses propres orientations issues des réminiscences infantiles et de ses rêves érotiques. Il n’en va plus de même aujourd’hui où la pornographie (qui en principe est faite pour des adultes) envahit l’espace psychologique des enfants et des adolescents. Ils ne sont plus obligés de la chercher ; elle vient à eux. Et s’impose. Certains adolescents montrent une addiction précoce à ces images qui les fascinent et les angoissent en même temps. Leur consommation est parfois de plusieurs heures par jour. Et ces images, conçues pour se vendre, donc par définition transgressives, faussent le début de leur sexualité, d’autant qu’ils ne sont pas à même de prendre de la distance par rapport à des images. Elles apprennent le mépris de la femme, la sexualité mesurée à sa performance et la violence dans les rapports humains. Et pour notre pays qui n’éduque pas ses enfants sur ces sujets, le besoin d’explications est satisfait par des documents qui loin d’informer nos jeunes, risquent de les détraquer. Or, il y a des solutions pour faire en sorte que dans notre pays la protection des mineurs ne soit pas un vain mot…
Pour voir le film :http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/786029_585944a9051dd

C’est une longue histoire…

Jeudi 27 mars 2017 à 14h avec Eric Boës, directeur-adjoint scientifique et technique Inrap Grand-Est Sud-Alsace (Institut national de la recherche en archéologie préventive), UMR 7044 «Archéologie et Histoire ancienne : Méditerranée-Europe» (ARCHIMÈDE)

Paléolithique, épipaléolithique, mésolithique… celui qui n’est pas expert, s’y perd souvent !
Les longues périodes chronologiques sont, ici, mises en évidence par l’archéologie. Elles seront illustrées notamment par un reportage sur un terrain de fouilles près de Strasbourg et quelques objets phares de l’archéologie en Alsace.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/784269_5852c91f5c831

Bien vu… la vision des animaux !

Mardi 14 mars 2017 à 14h,Avec David HICKS, directeur de recherche Inserm, équipe «Rythme, vie et mort de la rétine», INCI (Institut des Neurosciences Cellulaires et Intégratives), Strasbourg

La vision est possible grâce à la rétine, dont les cellules spécialisées – les photorécepteurs – captent la lumière pour la transformer en signaux électriques qui seront acheminés vers le cerveau.
Ces photorécepteurs sont sujets à différentes maladies, comme par exemple la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA), la Rétinopathie Diabétique (RD) et les Rétinites Pigmentaires (RP), qui conduisent à une perte de la vue chez les jeunes adultes et les personnes âgées. Des techniques particulières existent pour analyser ces photorécepteurs, examiner leur structure et leur physiologie, lorsqu’ils présentent de tels dysfonctionnements. Dans ce film, les intervenants présentent deux approches utilisées : d’une part, la dissection de la rétine des porcs et la purification des photorécepteurs par fractionnement cellulaire ; et d’autre part, la mesure des réponses visuelles des petits animaux à un flash lumineux par « électrorétinographie ».

Pour voir le film :http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/785774_5857f3a565134

Explosion sous contrôle

Mardi 10 janvier 2017 à 14h avec Stéphanie Freitag, Murielle Tyrode et Serge Walter, enseignants-chercheurs au GSEC, Groupe sécurité et écologie chimiques, ENSCMu, Mulhouse
Une explosion : comment ça fonctionne techniquement ? Comment l’éviter en milieu à risques ? Quelles sont les règles de sécurité à engager ?

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/720225_57d941b893104

La processionnaire du pin, bio-indicateur du réchauffement climatique.
De sa biologie à la modélisation de son expansion.

Jeudi 26 janvier 2017 à 14h avec Jérôme Rousselet, chargé de recherche en entomologie forestière et biologie des populations à l’Inra d’Orléans et Christelle Robinet, chargée de recherche en modélisation mathématique à l’Inra Val de Loire - Orléans

La chenille processionnaire du pin a été identifiée comme étant un bon indicateur du réchauffement climatique en France. Au coeur du site de l’Inra d’Orléans, des expériences sont développées afin d’étudier cette espèce envahissante. À l’aide de la génétique, de l’étude de son comportement, des modélisations informatiques, de son observation sur le terrain ou encore des cartes de recensement, l’équipe de recherche appréhende son extension avec un oeil plus avisé. Il reste encore tellement à découvrir...

Pour voir le film : : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/785728_5857b387ab595


La vigne fait de la résistance

Jeudi 10 novembre 2016 à 14h avec Didier Merdinoglu, directeur de recherche à l’Inra et responsable de l’équipe «Génétique et amélioration de la vigne», à l’UMR Santé de la Vigne et Qualité du Vin à Colmar
La protection contre le mildiou et l’oïdium, les maladies des parties aériennes de la vigne les plus menaçantes, est actuellement essentiellement assurée par des moyens de lutte chimique. Ces traitements ont des effets directs et indirects préjudiciables à l’environnement, à la santé des applicateurs, au revenu des entreprises viticoles mais également, à l’image de marque de la viticulture. Par ailleurs, plusieurs familles de fongicides montrent des difficultés à maintenir l’efficacité de leur protection face aux situations de résistance du mildiou et de l’oïdium qui progressent.
L’équipe de l’Inra de Colmar s’attaque à ce problème et explique tous les processus mis en oeuvre pour créer de nouvelles variétés de vignes, à la fois, résistantes aux maladies et capables de maintenir leurs caractéristiques de production dans un contexte d’évolution du climat..

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/720203_57d940f5d8998


La mécanique des vagues et l’érosion des côtes

Mardi 15 novembre 2016 à 14h avec Stéphane Abadie (directeur de l’équipe Mécanique du laboratoire SIAME), Denis Morichon (maître de conférences), Benoît Larroque (enseignant-chercheur), Philippe Maron (maître de conférences), Lucie Clous (doctorante), Manuel Martin Medina (doctorant), Inaki de Santiago (post-doctorant), Florian Arnoux (doctorant) UPPA.
Tsunamis, tempêtes et érosion des côtes font de plus en plus l’actualité. Sur la côte basque, l’équipe mécanique du laboratoire SIAME étudie la mécanique des vagues, depuis leur formation jusqu’à leur impact et la modification des côtes que leur incidence génère. Grâce aux mesures in situ et aux modélisations mathématiques, l’analyse des vagues permet de comprendre les risques côtiers et de travailler sur les systèmes de récupération d’énergie marine

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/722830_57e92faead0f9


La fin des «mauvaises herbes» : Méthodes alternatives de gestion de l’enherbement

Mardi 29 novembre 2016 à 14h avec Christian Lavigne, agronome, chercheur au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), Martinique
Le contrôle des adventices (mauvaises herbes) est un poste important et coûteux de la gestion d’un verger par un agriculteur. L’utilisation d’herbicides est efficace mais polluante pour les sols et les eaux. Le fauchage mécanique est coûteux en main-d’oeuvre et doit être renouvelé régulièrement. Des méthodes alternatives existent : le remplacement de l’enherbement naturel par un couvert végétal, l’association d’animaux comme les volailles dans le verger…. Le Cirad accompagne les agriculteurs, au cas par cas, dans la mise en place de ces solutions plus respectueuses de l’environnement.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/772140_5835b814c030c


Aux origines de la démocratie

Mardi 6 décembre 2016 à 14h avec Odile Petit, directrice de recherche au Département d’Écologie, Physiologie et Éthologie (DEPE) - IPHC – Strasbourg, Mathilde Valenchon, post-doctorante au DEPE et Manon Corbin, professeur des Sciences de la Vie et de la Terre, doctorante dans l’équipe d’éthologie évolutive sous la direction d’Odile Petit
Et si l’éthologie pouvait nous éclairer sur les origines des comportements humains tels que le leadership ou les prises de décision ? C’est ce qu’Odile Petit démontre à l’aide d’exemples sur le comportement des chevaux domestiques. « Dans l’étude des phénomènes collectifs, ce que je cherche à démontrer, c’est qu’il y a un lien entre le style social d’une espèce et la manière dont le groupe va prendre des décisions. » précise-t-elle. La définition de l’éthologie et le métier d’éthologiste, sa méthodologie, ses démarches et sa rigueur scientifique seront également présentés par les trois chercheuses.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/720214_57d9415ed4c1a


Les cellules photovoltaïques du futur

Jeudi 8 décembre 2016 à 14h avec Roger Hiorns (chargé de recherche), Charlène Boussiron (ingénieur), Didier Bégué (professeur d’université), UPPA - Institut pluridisciplinaire de Recherche sur l’Environnement et les Matériaux - Equipe Physique-Chimie des Polymères
L’énergie solaire est une des énergies du futur. Les panneaux solaires actuels, à base de silicium, sont gourmands en matières premières et difficiles à recycler. Pour une utilisation à grande échelle, l’équipe de recherche crée de nouveaux panneaux photovoltaïques organiques à base de polymères de carbone, fortement recyclables et d’un nouveau design léger et esthétique, souple et adaptable à tous les environnements. Ce projet de chimie international est totalement avant-gardiste. L’idée est de pouvoir équiper chaque bâtiment selon ses besoins énergétiques en respectant son architecture. Des équipements sont prévus sur les bâtiments publics de plusieurs communes dans le sud-ouest, une usine de production est également envisagée.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/722841_57e9308c77a08


Les lasers en lumière

Mardi 11 octobre 2016 à 14h avec Nadjib Semmar, professeur des universités, Titaina Gibert, maître de Conférences et Stéphane Pellerin, professeur des universités, laboratoire Gremi de l’université d’Orléans / CNRS
Le principe fondamental du laser (acronyme de l'anglais « Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation », en français : « amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement ») a été découvert par Einstein en 1917 et il a fallu 50 ans pour que le premier laser voie le jour : le premier laser pulsé a été construit en 1960 et le premier laser continu date de 1961. Depuis, on peut observer des progrès très spectaculaires dans le développement de la construction des lasers aussi bien que dans leurs applications, à tel point que l’on peut désormais dire que les lasers sont entrés dans notre vie quotidienne. Les propriétés des lasers sont aujourd’hui utilisées dans de nombreuses technologies: transfert d'information, métrologie, procédés laser et matériaux, et médecine.
Au vu de ce véritable kaléidoscope d'applications, le laser est désormais une technologie dont les hommes ne pourraient probablement plus se passer. Le principe de fonctionnement du laser est-il vraiment très compliqué? Nous pensons que non, et nous tenterons de vous le prouver dans ce petit documentaire. Au laboratoire GREMI, les chercheurs tenteront d’illustrer par des expérience les processus physiques de base de interaction laser-matière : absorption par la matière de l’énergie des photons. Cette absorption s’accompagne dans le cas des lasers dits « de puissance » d’une élévation rapide de la température de surface qui va conduire à la fusion et voire à l’éjection de la matière dans la zone irradiée et de contrôler ainsi le traitement de surface ciblé.

Pour visionner le webcast: http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/719031_57d653cecf77b/


La biologie végétale, un allié durable contre le cancer

Jeudi 2 juin 2016 à 14h avec Christophe Hano, maître de conférences au Laboratoire LBLGC à Chartres de l'université d'Orléans
De nos jours de nombreuses thérapies anticancéreuses reposent sur des composés végétaux. Certains végétaux produisent des molécules de défense destinées à nuire aux pathogènes et prédateurs qui cherchent à s'en nourrir, certaines de ces molécules sont cytotoxiques (induisent une mort cellulaire) ou anti mitotiques (empêchent les divisions cellulaires) : ces propriétés sont mises à profit pour entraver la prolifération des cellules cancéreuses.
Mais il ne suffit pas de découvrir les propriétés anticancéreuses d'une plante, encore faut-il trouver les moyens de produire une quantité suffisante du médicament et ceci de façon durable.
Les biotechnologies végétales peuvent apporter une solution. Nous vous invitons à découvrir l’exemple de la bioproduction de podophyllotoxine dans des cultures racinaires de cerfeuil sauvage. Cette molécule végétale sert de base à la production de médicaments utilisés en chimiothérapie.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/680236_5704adcad1870

La mémoire dans la boue !

Mardi 24 mai 2016 à 14h avec Jérémy Jacob, Christian Di Giovanni et Annaëlle Simonneau, de l'Institut des sciences de la Terre à Orléans
Comment les changements climatiques et les activités humaines ont-ils modelé les paysages au cours du temps ?
En décryptant les informations archivées dans les boues qui s’accumulent au fond des lacs, les chercheurs de l’ISTO révèlent la mémoire de la Terre, tels des enquêteurs opérant aussi bien sur le terrain, que depuis leur laboratoire. Le choix du site est déterminant et nécessite la compréhension du fonctionnement du bassin versant et des rivières alimentant le lac, mais aussi la disponibilité de documents historiques attestant de la présence de l’Homme.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/699103_5742c93ca70a9/

Le miracle des cellules souches

Mardi 17 mai 2016 à 15h avec le professeur Philippe Hénon, fondateur (en 1987) et directeur de l’Institut de Recherche en Hématologie et Transplantation à Mulhouse ; président et directeur scientifique de CellProthera
Plusieurs sortes de cellules souches sont utilisées pour obtenir des cellules différenciées et fonctionnelles. Ces différents types de cellules partagent toutefois deux propriétés :
- celle de s’auto-renouveler indéfiniment, offrant un stock illimité de matériel,
- celle de pouvoir donner naissance à plusieurs types cellulaires.
Ces propriétés ouvrent de nombreuses perspectives notamment pour la médecine régénérative, nouvelle approche thérapeutique permettant la « réparation » structurelle et fonctionnelle d’organes lésés : coeur après infarctus du myocarde, foie en cas d’insuffisance hépatique, moelle osseuse après chimiothérapie, etc.
Le professeur Hénon présentera cette médecine, qu’il applique, entre autres, à des patients souffrant de lésion cardiaque sévère.

Pour voir le film :http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/648464_56e27bc999e6f

Bactéries dépolluantes

Lundi 9 mai 2016 à 14h avec Christine Cagnon, Marisol Goni, Rémy Guyoneaud, Anthony Ranchous-Peyruse - Laboratoire IBEAS, Equipe Environnement et Microbiologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA)
Les bactéries peuplent la Terre de leurs milliers d’espèces.
Parmi elles, certaines ont des capacités surprenantes : elles sont capables de dépolluer un milieu. A la recherche de ces nettoyeuses pour les caractériser et comprendre leur fonctionnement, l’équipe Microbiologie et environnement pointe son microscope sur les environnements côtiers. Contaminations au pétrole, au cyanure ou autres sont étudiées sous l’angle de la biologie moléculaire et de la génétique de ces microorganismes salvateurs.

Pour voir le film : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/673276_56f406d91f835

Quand twittent les cailles !

Christine Leterrier présente ses travaux de recherche sur le comportement des cailles, accompagnée des techniciens et étudiants de son équipe.
Christine Leterrier s’intéresse à la biologie des comportements des oiseaux d’élevage. Son travail vise à comprendre ce que nous disent les comportements sur l’état de l’oiseau et sur la façon dont il perçoit son environnement. Pour comprendre ce qui influence le comportement des oiseaux, elle travaille avec des cailles japonaises qui servent de modèles pour les oiseaux d’élevage (poule, poulet..). Elle décrit la mise en place d’une expérience et son déroulement, et présente ici des tests destinés à mesurer la peur ou l’attraction sociale. Elle évoque certains facteurs génétiques ou alimentaires susceptibles d’influencer les comportements, ainsi que l’influence des conditions d’élevage. Elle souligne le rôle important du comité d’éthique et des interactions avec d’autres chercheurs en éthologie (étude du comportement) ou d’autres domaines scientifiques. L’avenir de ces recherches est illustré par la présentation du parcours d’une doctorante qui débute sa thèse sur l’influence de la flore microbienne intestinale du tube digestif sur les comportements émotionnels et les capacités de mémorisation chez la caille.

Pour visionner ce webcast : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/568053_568e2307029ac/


Retour sur le premier webcast du 3 décembre à 14h avec Florian Lacroix du Cermel de Tours.+

Le caoutchouc dans le sport

Le caoutchouc est un matériau remarquable qui possède beaucoup de propriétés. Souvent associées entre elles, elles permettent de multiples utilisations. Compte tenu de ses propriétés exceptionnelles, il trouve de nombreuses applications dans le sport. Dans le squash, le tennis, le football… les balles rebondissent grâce au caractère élastique du caoutchouc. Dans les chaussures de running, l’amortissement du caoutchouc protège nos articulations et nos vertèbres et nous apporte du confort. Cette dernière est également utilisée dans les balles de squash, à des niveaux différents en fonction du niveau du joueur.
Le CERMEL, centre d’étude sur le caoutchouc, travaille en étroite collaboration avec le monde industriel pour cerner cette matière. Les machines utilisées, machines de fatigue, à déplacement ou effort contrôlé, leur permettent d’en savoir plus sur son comportement.
Florian Lacroix, enseignant chercheur et responsable du CERMEL explique son travail, ses recherches, le travail de l’équipe. Il nous raconte l’histoire du caoutchouc, nous éclaire sur la composition de ces matériaux et de leurs propriétés remarquables. Pour compléter ses propos, des questions autour d’une propriété importante utilisée dans le sport : l’amortissement, se posent avec Mathieu Venin, ingénieur d’étude : Pourquoi les chaussures de running sont-elles si intéressantes ?, Qu’apportent les différentes couches de la semelle au confort du sportif ?, Pourquoi existe-il autant de différences dans les balles de squash, de l’amateur à expert ?, Pour répondre à ces questions, des expériences au Cermel sont réalisées à l’aide de la machine de fatigue, couplées avec une caméra thermique.

Pour visionner ce webcast : http://www.cestdanslaire.fr/fr/page/le-caoutchouc-dans-le-sport


Salmoclim : étudier l'impact du changement climatique sur les saumons

- Vendredi 11 décembre 2015 de 14h à 15h avec l’INRA de St Pée sur Nivelle, UMR Ecobiop : Agnès Bardonnet - directrice d'unité, chercheuse Comportement des individus et interaction avec l'environnement, Etienne Prévost - chercheur Modélisation bayésienne de dynamique des populations, Olivier Le Païs - chercheur Génétique des populations, Valérie Bolliet - directrice d'unité, chercheuse Métabolisme et chronobiologie

Le saumon est un poisson d'eau froide dont la limite sud de répartition est l'Espagne. En France, on nous apprend qu'il passe son enfance dans les rivières bretonnes et basques avant de partir en mer pour un long voyage et revenir se reproduire dans la rivière où il est né. Mais en étudiant de plus près ce parcours, les scientifiques ont découvert que cette belle histoire n'est pas vraie pour tous les saumons. Plusieurs stratégies de croissance, de reproduction, de comportement très variables existent au sein d'une même population. Le changement climatique va affecter les milieux naturels et les espèces qui y sont présentes. Notamment les cours d’eau sur divers aspects : débits, température de l'eau… Ces modifications devraient avoir des effets sélectifs forts et rapides sur les saumons. Peut-on modéliser l'impact du réchauffement global sur les populations de saumons ? Pour tenter d'apporter des réponses, les chercheurs de l'INRA mettent à contribution des données issues de génétique, physiologie, éthologie, écologie, dynamique des populations... afin de créer un modèle qui tienne compte de la complexité des réponses du vivant. En testant les divers scénarios d'évolution du climat sur 50 ans, les résultats des chercheurs peuvent enrichir la réflexion des gestionnaires et décideurs, s'impliquant ainsi dans la demande sociale.

Pour visionner ce webcast : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/494068_5631e663f2ab1/

DMC, un patrimoine industriel en devenir

- Jeudi 17 décembre 2015 de 14h à 15h avec Pierre Fluck, professeur d’histoire des sciences et des techniques, et d’archéologie, à l’Université de Haute-Alsace, à Mulhouse, membre de l'Institut universitaire de France. Spécialité : patrimoine industriel

DMC vous connaissez ? Bien sûr, les fils à broder DMC sont connus dans le monde entier. Mais connaissez-vous le site industriel de cette filature ? Pierre Fluck, professeur des universités qui s'investit beaucoup dans l'archéologie industrielle, nous propose de la visiter. Quelques mots d'histoire... La filature est née à Mulhouse, en mars 1800, sous le patronyme DMC qui signifie Dollfus-Mieg et Cie. Elle est devenue une véritable ville dans la ville. Aujourd'hui, son activité a bien diminué mais l'on y fabrique toujours des fils de toutes les couleurs. Une grande partie du site industriel est délaissée et ses grandes usines de briques rouges font partie désormais du patrimoine industriel de Mulhouse. De nombreuses réflexions sont menées pour réhabiliter ce site et lui donner ainsi une nouvelle vie, en particulier dans les domaines des arts et de la création. Dans un climat de dialogue interactif avec ses étudiants, Pierre Fluck nous en dit plus...

Pour visionner ce webcast : http://event.vodalys.com/Datas/edsdm/480584_55ffcf209a214/

Page mise à jour le 19 octobre 2017 à 16h36
Réalisation