Changements récents | RSS
Plan du site
Imprimer
Rechercher:

ACCUEIL


COVALENCES
MARDIS DE LA SCIENCE
FÊTE DE LA SCIENCE
RENCONTRES SCIENTIFIQUES
ACTIONS SCOLAIRES
LE RÉSEAU
RESSOURCES


QUI SOMMES-NOUS ?
NOUS CONTACTER
ABONNEMENT LETTRE D'INFO

L'agenda régional

Agenda régional

L'annuaire régional

Annuaire régional

Le catalogue des expositions

Expositions

Les mardis de la science, saison 2012-2013

Saison 2012-2013

Cher


Muséum de Bourges à 20h

Mardi 13 novembre

Tête Maori, démarche de restitution par le muséum de Rouen
Par Sébastien Minchin directeur du Muséum d'histoire naturelle de Rouen.
Résumé

Mardi 15 janvier

La balance à peser la Terre
Par Charles de IZARRA directeur de l’antenne de la faculté des sciences à Bourges.
Résumé

Mardi 12 février

La loi fondamentale de la finance de marché et ses conséquences sur l'environnement
Par Nicolas BOULEAU.
Résumé

Mardi 12 mars

Les mots tombés du ciel
Par Daniel Kunth, directeur de recherche au CNRS et astrophysicien.
Résumé

Mardi 9 avril

Mini-cerveau, Méga-performances : ce que nous apprend le cerveau d’une abeille
Par Martin Giurfa, directeur du centre de recherche sur lqa cognition à Toulouse.
Résumé

Retour sommaire

Eure-et-Loir


Pôle universitaire d'Eure et Loir, Quartier Comtesse, 21 rue Loigny la Bataille, Chartres à 20h30

Mardi 9 octobre

Eure-et-Loir, département des énergies positives
avec Christophe Boyer du Conseil général d'Eure et Loir, Jean-Marc DALL'AGLIO d'EDF EN et Romain Sousseau de l'espace info énergie d'Eure et Loir.
Dans le cadre de la soirée de lancement la Fête de la science en Eure et Loir, cette conférence est précédée par une visite des laboratoires à 18h30 (0237309944, et scolarite.chartres@univ-orleans.fr).

Mardi 13 novembre

Forêt, météo et climat ; une équation à plusieurs inconnues
Par Brigitte Musch de l'Office national des forêts

Mardi 11 décembre

Tout est sous contrôle; les mathématiques optimisent le quotidien.
Par Emmanuel Trélat , Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) , laboratoire Jacques-Louis Lions, membre de l’Institut Universitaire de France.

Mardi 12 février

La lèpre : une maladie séculaire encore mystérieuse
Par Jérôme Grimaud neurologue et Docteur en aide à la décision médico-économique aux hôpitaux de Chartres, membre de la société française neurovasculaire et de l'association des léprologues de langue française
Résumé

Mardi 12 mars

"Mourir avant de n'être" à Autricum
Par Emilie Portat, Maison de l’Archéologie à Chartres
Résumé

Mardi 9 avril

La polyarthrite rhumatoïde vaincue : 50 ans de recherche…
Par Ahmed Ould Hennia, rhumatologue aux hôpitaux de Chartres
Résumé

Mardi 14 mai

Sur les traces des premiers agriculteurs de la Corne de l'Afrique
Par Stéphane Hérouin, Archéo-anthropologue du Service Archéologie de Chartres
Résumé

Mardi 11 juin

Le lin, de la préhistoire aux matériaux composites
Eric Lainé, professeur de biologie végétale à l'Antenne Scientifique Universitaire de Chartres.
Résumé

Retour sommaire

Indre


IUT de l'Indre - site de Châteauroux à 18h00
2 avenue François Mitterrand

Retour sommaire

Indre-et-Loire


Salle de conférences Léopold Senghor, à 20h30
1 bis rue de la préfecture, Tours

Mardi 22 janvier

Numérisation et indexation de documents : Un pas vers la bibliothèque du futur
Par RAMEL Jean-Yves Professeur d’université en Informatique
Département informatique de PolytechTours

Mardi 19 mars

La résonance magnétique nucléaire au service de la médecine
Par Isabelle Filipiak, doctorante en physique (INSERM) et Laurent Barantin ingénieur de recherches à l’université de Tours,attaché scientifique en radiologie au CHRU de tours (INSERM)

Retour sommaire

Loir-et-cher


Auditorium de l'IUT de Blois - site Jaurès à 20h30

Mardi 4 décembre

Les polluants environnementaux d’aujourd’hui seront-ils des fléaux pour la santé de demain ?
Par Pascal Vaudin , Enseignant-Chercheur à l’Université François Rabelais de Tours, Unité Mixte de Recherche Physiologie de la Reproduction et des Comportements ; Centre INRA de Tours.

Retour sommaire

Loiret


Muséum d'Orléans à 20h30

Mardi 6 novembre

Applications Biomédicales des plasmas Froids, vers de nouvelles stratégies en hygiène et santé?
Par Jean-Michel Pouvesle directeur de recherche au CNRS.
Résumé

Mardi 11 décembre

Couler ou casser ? Telle est la question.
Les matériaux roulent des mécaniques
Par Étienne Guyon , chercheur à l'École supérieure de physique et de chimie industrielle de Paris, directeur honoraire de l'École nomale supérieure.
Résumé

Mardi 12 février

Les énergies du futur et les matériaux en conditions extrèmes
Par Jacques Poirier du CEMTHI

Mardi 12 mars

Des horloges célestes pour tester Einstein
Par Ismael Cognard du LPC2E
Résumé

Mardi 9 avril

L'arbre urbain et son rôle dans la diffusion de parasites forestiers : un éclairage pour l’aménagement de nos paysages
Par Arnaud Dowkiw et Jérôme Rousselet de l'INRA Val de Loire, Orléans.
Résumé

Retour sommaire

Les résumés



Muséum de Bourges à 20h


Tête Maori, démarche de restitution par le muséum de Rouen

Projection du film “La fabuleuse histoire de la tête Maori du muséum de Rouen”, suivi d’un débat sur “Les restes humains conservés dans les musées et la problématique de leur restitution.”

Le Muséum de Rouen vient de restituer une tête coupée maorie, conservée dans ses collections depuis 150 ans, à l'Institut Néo-zélandais de Te Papa. Derrière cette nouvelle d'apparence anodine, se cache en réalité le fil d'une fabuleuse histoire. Une histoire qui puise ses origines dans les pires heures de la conquête coloniale, et qui est un résumé des relations philosophiques entre l'occident et les peuples autochtones au 19e siècle. Une histoire qui expose au grand jour la difficile question des restes humains conservés dans nos musées et de leur restitution devenue maintenant possible. Une histoire surtout, celle de l'opiniâtreté d'un directeur de musée à vouloir restituer une tête maorie et cinq années de bagarre politico administrative entre Paris et la province. Une histoire enfin, celle de la longue reconquête de la dignité du peuple Maori de Nouvelle- Zélande.
Date

La balance à peser la Terre

Nous naissons, vivons, aimons et mourrons sur la planète Terre, qui est une « grosse » boule en rotation sur elle-même, et en mouvement autour du Soleil à la vitesse cosmique de 30 km/s. L’idée de déterminer la masse de la Terre date de plusieurs siècles, avec des tentatives infructueuses fondées sur l’évaluation de la densité de montagnes choisies pour leur forme symétrique. C’est sur la base des travaux de sir Isaac Newton et de sa célèbre théorie de la gravitation universelle que la masse de la Terre a pu être mesurée à la fin du XVIIIème siècle. Cette mesure est basée sur la détermination de trois grandeurs : la constante de gravitation universelle G avec le pendule de Cavendish, l’accélération de la pesanteur g avec un pendule classique, et enfin le rayon de la Terre que l’on connait depuis l’antiquité. Cette conférence grand public sera l’occasion de présenter la démarche expérimentale permettant d’accéder à une mesure de la masse de la Terre. Un pendule de Cavendish, aussi appelé « balance à peser la Terre » sera exposé pendant la conférence.
Date

La loi fondamentale de la finance de marché et ses conséquences sur l'environnement

Trois niveaux successifs d'innovations depuis le début de la période néolibérale ont mis en place la dominance des marchés financiers sur l'économie. Mais cette situation nouvelle entre en conflit avec la pensée économique la plus partagée qui s'appuie sur le corpus néo- classique. Nous examinerons les causes techniques et les conséquences de cette guerre fratricide en particulier pour le management des entreprises et pour la prise en compte des contraintes environnementales.
Date

Les mots du ciel

Depuis des dizaines de milliers d’années, nous contemplons le firmament, perplexes ou admiratifs. L’infini fait rêver, suscite crainte et respect, invite aux voyages. Le ciel est longtemps resté muet et ne livre que de rares messages, toujours codés. Notre langue et notre imaginaire conservent pourtant la marque de contacts permanents avec lui. Les mots du ciel pullulent, se déguisent, désertent, procréent, fondent des familles et parfois quelques avatars incongrus. Une star est avant tout une étoile et, d’ouragan a  désastre ou cosmétique et autres malotrus, on reste sidéré par l’influence du ciel sur notre vocabulaire. Ce ciel dans nos têtes convoque autant de descendances souvent oubliées, autant d’histoires drôles a raconter. Les mots du ciel, un récit entre science et histoire, nourri d’anecdotes qui vous emporteront vers le cosmos le plus éloigné, avant de vous restituer votre place au Soleil. Date

Abeilles

Le cerveau d’une abeille contient à peine 960.000 neurones et son volume atteint 1 mm3. Cependant, il est à la base de capacités comportementales remarquables basées sur la présence de phénomènes d’apprentissage et mémorisation dont les mécanismes ne diffèrent pas considérablement de ceux des vertébrés. Des apprentissages d’ordre supérieur peuvent être maitrisés par ces insectes. Nous tirons avantage de l’accessibilité du mini cerveau de l’abeille et de la possibilité d’étudier des réseaux spécifiques de neurones, par des techniques invasives comme l’imagerie calcique, l’électrophysiologie et la neuropharmacologie, entre autres, afin de dévoiler les mécanismes sous-jacents à ces performances cognitives. Il est possible d’identifier les neurones et réseaux neuronaux qui sous-tendent des apprentissages d’ordre supérieur et de comprendre comment le cerveau d’une abeille apprend sur le monde qui l’entoure. Nous combinons ainsi des études de neurosciences et de comportement afin de comprendre les phénomènes de l’apprentissage et de la mémoire à partir du cerveau miniature d’une abeille qui excelle dans ces capacités.. Date




Antenne scientifique universitaire de Chartres (ASUC), 21 rue Loigny la Bataille à 20h30


Eure-et-Loir, département des énergies positives

L’Eure-et-Loir est connue pour son agriculture, moins pour sa production d’énergie renouvelable. C’est pourtant un territoire leader dans la production d’électricité éolienne et photovoltaïque, avec un potentiel important à exploiter en géothermie et biomasse-énergie. Le département a su se montrer précurseur en exploitant largement son potentiel éolien. Aujourd’hui, un grand parc photovoltaïque a été mis en service à Crucey, sur un terrain du Conseil général impropre à l’agriculture, augmentant ainsi sensiblement la part de la population eurélienne couverte par l’électricité d’origine renouvelable. Régulièrement d’autres projets émergent sur le territoire. lire l'article : Lemonde.fr
Parallèlement, l’Etat, les collectivités, les acteurs économiques et les euréliens se mobilisent pour maitriser la demande et la consommation d’énergie. Ils travaillent ainsi à plus d’autonomie énergétique, à diminuer leur fragilité vis-à-vis de la hausse du prix des énergies fossiles, et à l’émergence d’une économie verte.

Si la production d’énergie renouvelable se développe en Eure-et-Loir, il reste essentiel de l’économiser et de l’utiliser avec intelligence. A l’échelle des citoyens, les Euréliens s’impliquent pour réduire les consommations d’énergie de leur logement. Le gisement d’économies est considérable pour le bâti ancien comme pour les nouvelles constructions. Les transports sont également fortement impactés par les choix des logements. L’Eure-et-Loir est doté de nombreux projets citoyens qui peuvent servir d’exemple pour la transition énergétique qui s’opère.
Date

Forêt, météo et climat ; une équation à plusieurs inconnues.

Les scénarios des climatologues annoncent un réchauffement de l'ordre de 2°C pour le milieu du présent siècle. L'incertitude sur l'avenir du climat et la vitesse de ce changement climatique est grande. Les forêts métropolitaines seront fortement affectées par ce réchauffement sous de nombreux aspects : biodiversité, croissance, santé, régénération en particulier. Les forestiers vont se trouver face à des perturbations qui semblent inéducables mais dont les modalités et l’ampleur sont encore mal connues. Il va leur falloir adapter leurs pratiques quotidiennes pour conserver la diversité de nos écosystèmes forestiers. Ils vont pouvoir compter sur la grande variabilité génétique et écologique des espèces forestières qui vont leur permettre dans une certaine mesure de s’adapter à ces changements et d’en atténuer les effets. Mais cette diversité risque de ne pas suffire pour toutes les espèces ni dans tous les lieux. Il est donc important d’adapter nos ressources et nos pratiques forestières afin de faire face à ces changements et de répondre à nos besoins.
Date

Tout est sous contrôle; les mathématiques optimisent le quotidien.

La théorie du contrôle est une branche des mathématiques qui permet de contrôler, de guider des systèmes sur lesquels on a une action, comme une voiture, une navette spatiale, ou une réaction chimique que l'on tente de mener vers un certain état final désiré. Emmanuel Trélat donnera un aperçu des champs d'application de cette théorie, en se concentrant notamment sur des problèmes d'aéronautique comme le transfert orbital ou les missions spatiales interplanétaires.
Date

La lèpre : une maladie séculaire encore mystérieuse

La lèpre (maladie de Hansen) est une maladie chronique, essentiellement humaine, causée par Mycobacterium leprae, contagieuse dans certains cas et affectant le système nerveux périphérique, la peau et certains autres tissus. Au niveau mondial, 230 000 nouveaux cas étaient détectés en 2011, les deux tiers en Asie du Sud-Est. En France métropolitaine, une vingtaine de nouveaux cas sont dépistés chaque année, toujours sporadiques et après un séjour en zone d'endémie.
C'est la réaction immunitaire contre M. leprae qui conditionne la forme de lèpre, selon un spectre allant de la forme tuberculoïde avec une bonne réponse aux antigènes de M. leprae, jusqu'à la forme lépromateuse avec absence de réponse. M. leprae est la seule bactérie à pouvoir pénétrer dans les nerfs. C'est l'infection des nerfs (neuropathie) qui est à l’origine du handicap et du discrédit séculaire qui stigmatisent le lépreux.
Le diagnostic repose sur les arguments cliniques et la biopsie d'une lésion cutanée, voire nerveuse. L'importance de la charge bacillaire conditionne le choix du traitement : au minimum 2 antibacillaires pendant 6 mois ou 3 pendant 12 mois. Avant, pendant ou après le traitement antibacillaire, l'évolution peut-être émaillée d'épisodes inflammatoires aigus appelés « réactions lépreuses ». Toutefois, l’aggravation fonctionnelle est souvent insidieuse, sans douleur d’un nerf ou symptôme cutané (« neuropathie silencieuse »). Le dépistage précoce des réactions lépreuses et des « neuropathies silencieuses » est important pour prévenir l’aggravation de la neuropathie, souvent réversible sous corticoïdes.
Malgré de récents progrès dans la connaissance de l’épidémiologie, de l’immunopathologie et des facteurs de risque d'apparition de la neuropathie lépreuse, de nombreux aspects restent énigmatiques.
Date

« Mourir avant de n’être » à Autricum


Illustration ThierryDuchesne

Deux fouilles préventives contiguës, sur le secteur dit de Reverdy dans le quartier des Galichets, liées au réaménagement de quartiers périphériques du suburbium sud de la ville antique d’Autricum, ont permis la mise au jour de plusieurs ensembles de réceptacles funéraires en céramique.
Le site, daté de la fin du IIe siècle et du début du IIIe siècle, se trouve sur un coteau dominant l’Eure, à l’ouest du complexe monumental de Saint-Martin-au-Val et à l’est de la voie antique menant à Cenabum (Orléans).

Ce sont plus de 100 vases funéraires qui ont ainsi été mis au jour. Ces vases renfermaient les squelettes de près de 45 fœtus et/ou nouveau-nés. Une étude exhaustive conjointe céramologique et anthropologique a été entreprise visant à appréhender le devenir du corps de ces bébés.
Ce mode de dépôt en vase funéraire implique des difficultés liées à l’interaction constante entre le vase et le cadavre. Ce n’est que par un démontage du squelette os par os, et du vase fragment par fragment que nous avons pu appréhender au plus près les comportements funéraires des vivants pour ces morts contre nature. La naissance, comme la mort, est non seulement un des moments structurants de l’histoire d’un individu mais avec elle c’est également tout un groupe social qui se définit. Et ce, d’autant plus lorsque donner la vie se conjugue avec donner la mort. Les transitions d’accompagnement qui marquent ce passage, si court soit-il, de l’enfant dans la société, permettent de séparer les morts des vivants tout en leur assurant une survie dans la mémoire du groupe.
Nous partirons donc, à travers cette conférence, à la recherche de la place des ces non-nés, de ces bébés à peine nés, dans la société des morts du début du IIIe siècle.
Date

La polyarthrite rhumatoïde vaincue : 50 ans de recherche…


©A.Vollard-Musée Cagne/Mer

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie rhumatismale chronique grave qui touche tous les âges de 6 mois à 100 ans. L’handicap engendré par la maladie en phase d’état est parfois majeur. Heureusement et grâce à la recherche scientifique, de nouveaux médicaments à disposition des patients, bloquent souvent et durablement la destruction ostéo-articulaire.
La conférence retrace la saga des 50 dernières années de ces recherches scientifiques et propose au grand public de découvrir cette maladie (dans tous ses aspects) souvent sous estimée, ses conséquences sur la vie d’un couple, comment vivre au quotidien et l’espoir manifeste des nouvelles thérapeutiques.
Le public découvrira la vie de certaines personnalités célèbres atteintes de la maladie, les différentes découvertes, l’effet néfaste du tabac sur la polyarthrite, l’hygiène de vie au quotidien, comment la polyarthrite détruit les articulations et comment les médicaments peuvent bloquer cette destruction.
Sa prise en charge doit être précoce, ainsi le diagnostic et le traitement de la polyarthrite rhumatoïde sont de vraies urgences médicales.
Date

Sur les traces des premiers agriculteurs de la Corne de l’Afrique

La région de la Corne de l’Afrique a joué un rôle important dans l’histoire de l’humanité. Des découvertes paléontologiques majeures y ont été faites, notamment avec la mise au jour de fossiles humains parmi les plus anciens (Lucy en Ethiopie, par exemple). Les périodes plus récentes sont nettement moins connues. Dans le cadre du programme de recherche « Les premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique », des chercheurs appartenant à différentes institutions françaises et étrangères tentent d’y remédier. Ils s’intéressent plus particulièrement à établir une chronologie relative des cultures néolithiques et protohistoriques, à étudier la répartition spatiale des occupations et à en définir les composantes matérielles et culturelles. Ils recherchent également tous les éléments permettant de prouver les domestications animale et végétale, de dater leur apparition et leurs phases de développement.
En présentant les résultats des travaux de recherche effectués depuis une vingtaine d’années, notamment en République de Djibouti, nous tenterons de dresser le profil de ces premières sociétés d’éleveurs / agriculteurs.
Date

Le lin, de la préhistoire aux matériaux composites

Le Lin, qu'il soit oléagineux ou textile, est cultivé depuis des millénaires : ses fibres tissées enveloppaient déjà les momies égyptiennes et son huile a longtemps été la base des peintures à l'huile. Le linge et le linoleum tirent leur nom du lin, à l'origine leur principal composant. Le papier à cigarette et le mastic en contiennent aussi.
Mais ces utilisations traditionnelles ne sont plus les seules, on trouve maintenant du lin dans des matériaux composites, des garnitures de portières de voitures, dans l'encre d'imprimerie, dans les manches de raquettes, dans des cosmétiques. Outre l'huile et les fibres, les graines entières trouvent des utilisations nouvelles en alimentation animale et humaine. Il est aussi à la base de compléments nutritionnels, en effet l'abondance d'acides gras omega 3 dans son huile et la présence de lignanes phytoestrogènes dans ses graines confèrent au lin des propriétés préventives contre certains cancers et maladies cardiaques.
Cette conférence sera consacrée à cette plante aussi utile que belle, et à ses usages multiples.
Date




IUT de l'Indre - site de Châteauroux à 18h00





Salle de conférences Léopold Senghor, à 20h30 1 bis rue de la préfecture, Tours


Numérisation et indexation de documents : Un pas vers la bibliothèque du futur

A l’heure du tout numérique et de la prolifération des dispositifs mobiles (Smartphones, tablettes, etc.) comment faire pour mettre en ligne et rendre plus accessibles des ouvrages anciens, des peintures, des cartes, ou tout autres contenus précieux pouvant être numérisés ? C'est tout l'enjeu des recherches scientifiques actuelles menées dans le domaine des "Digital Humanities" nécessitant des collaborations pluridisciplinaires entre informaticiens, historiens, ergonomes, … pour apporter des solutions innovantes et adaptées aux futurs usagers les interfaces des bibliothèques numériques. Après une présentation des enjeux et des principaux projets comme GoogleBook, les principales étapes du processus de numérisation et de mise en ligne de contenus multimédias seront illustrées à partir de l'exemple concret du projet Paradiit financé par Google et mené conjointement par le Laboratoire Informatique et le CESR de Tours. Date

La résonance magnétique nucléaire au service de la médecine

Depuis leur reconnaissance en 1946, les techniques de résonance magnétique nucléaire (RMN) n’ont cessé de progresser jusqu’à s’imposer comme étant des techniques de choix pour l’exploration de l’anatomie, de la composition et du fonctionnement du corps humain. Après un bref rappel des principes de base, les conférenciers s’attacheront à exposer à l’auditoire la variété de techniques regroupées sous cette appellation de RMN, tant du côté de l’imagerie (IRM) que du côté de la spectroscopie (SRM), à travers de nombreux exemples et illustrations. Une petite incursion sera faite dans les autres domaines d’applications de la RMN, de l’écologie à la chimie, en passant par nombre d’autres applications.
Date




Auditorium de l'IUT de Blois - site Jaurès à 20h30


Les polluants environnementaux d’aujourd’hui seront-ils des fléaux pour la santé de demain ?

Les sociétés occidentales produisent et utilisent de multiples substances chimiques dans les domaines pharmaceutiques, agricoles et industriels. Ces substances chimiques qui font partie de la vie de tous les jours et dont on ne peut plus se passer constituent une préoccupation grandissante du grand public. En effet, en plus d’être des polluants environnementaux, ces substances impactent la santé animale et humaine par leurs effets « perturbateurs endocriniens ». L’objectif de la conférence est de faire le point sur les perturbateurs endocriniens en exposant des faits scientifiques. Plusieurs questions seront abordées : Que sont ces perturbateurs endocriniens ? Comment sont-ils générés? Quels sont leurs effets sur la santé ?
Date




Muséum d'Orléans à 20h30


Applications Biomédicales des plasmas Froids, vers de nouvelles stratégies en hygiène et santé?

De par leurs caractéristiques, les plasmas froids (gaz ionisés produits par décharge électrique) présentent un énorme intérêt pour le biomédical. A côté des travaux concernant la stérilisation, l’ingénierie de surface et les biomatériaux, les recherches sur les applications thérapeutiques des plasmas connaissent un développement extraordinaire. On parle maintenant de « Médecine Plasma ». Si les processus impliqués sont loin d’être tous compris, les premières applications cliniques font leur apparition. Après avoir rappelé quelques notions sur les plasmas et évoqué le développement de réacteurs adaptés, nous présenterons des résultats récents obtenus dans les domaines évoqués ci-dessus ainsi qu'en dermatologie et traitement des plaies et des ulcères chroniques. Enfin, nous aborderons l’effet antitumoral des plasmas froids sur lequel les chercheurs de la Région Centre sont à la pointe.
Date

Toucher, casser, couler

L’exposition toucher, casser, couler, qui est actuellement présentée au Muséum d’Orléans, permet d’explorer les mille et une façons dont un matériau répond à des forces : il coule ; il se déforme, se plie, se tord… et, enfin, il se casse. Un jeune enfant me demandait pourquoi un verre en carton ne se cassait pas en tombant, et que le seul problème est le liquide renversé alors qu’un verre ordinaire se brisera en mille morceaux… et je n’ai pas bien su comment lui répondre sur le champ ! Cette science, si riche en exemples dans la vie de tous les jours et dans ses applications pour tous les domaines des sciences et des techniques, reste paradoxalement mal comprise et est décrite de façon très approximative. Nous examinerons tout particulièrement comment ces comportements si différents dépendent du temps et de la température ainsi que de la façon dont des efforts sont appliqués aux matériaux.
Date

Energies du futur et matériaux en conditions extrêmes :

Comment produire des biosyngas, de l’électricité, de la chaleur à partir de biomasse, de déchets, de boues d’épuration, de l’eau sans émettre de CO2?

L’histoire des sciences et des techniques est étroitement liée aux progrès réalisés dans la maîtrise de l’énergie et des matériaux. Ces deux notions sont indissociables. Les nouvelles filières de production d’énergie à basse émission de CO2 exigent des matériaux adaptés.

Les matériaux céramiques utilisés en conditions extrêmes dans les technologies de production d’énergie, sont parmi les plus performants. Leurs propriétés exceptionnelles permettent aux nouveaux réacteurs thermochimiques de fonctionner plus longtemps de manière plus fiable et à plus haute température. Il en résulte un meilleur rendement énergétique ainsi qu’une réponse aux contraintes environnementales. Les innovations concernant ces matériaux sont nombreuses pour répondre aux exigences de plus en plus fortes de secteurs économiques clé : -La production de biocarburants, de chaleur et d’électricité à partir de la biomasse qui nécessite des matériaux durables pour confiner ces ressources ; -Les domaines liés à la valorisation énergétique des déchets qui requièrent la conception de barrières thermiques adaptées aux sollicitations.

L’association « méthodes expérimentales et outils numériques » et le travail de collaboration entre chercheurs issus de plusieurs communautés scientifiques permettent d’aborder ces problématiques avec un regard nouveau et de donner naissance à des approches en rupture. Des exemples pratiques concernant notamment la production de biocarburants de 2eme génération et de biosyngaz dans les réacteurs à lit entraîné ou fluidisé, l’utilisation de l’eau en conditions supercritiques, la transformation des déchets agricoles, alimentaires en ressources énergétiques illustreront cette démarche. Nous montrerons comment la modélisation associée aux expérimentations de laboratoire et aux observations industrielles permet d’expliquer et de quantifier le comportement des matériaux dans des conditions extrêmes. Les facteurs cinétiques seront également pris en compte. Cependant, les connaissances thermodynamiques et cinétiques des matériaux utilisés dans ces procédés restent insuffisantes. Dans l’avenir, les concepts développés et les outils proposés continueront à être performants que s’ils tiennent compte de la complexité des phénomènes mis en jeux. Les travaux actuels sont engagés dans cette voie et des collaborations pluridisciplinaires futures sont à promouvoir.
Date

Des horloges célestes pour tester Einstein

Après ces astres extraordinaires que sont les pulsars, je présenterais le grand radiotélescope de Nançay et l'instrumentation très particulière développée pour leur observation (par détournement de cartes graphiques de jeux d'ordinateurs). Les impulsions radio reçues de ces 'horloges célestes' sont datées avec une très grande précision (jusqu'à 10-20ns) et permettent de nombreuses applications scientifiques comme les meilleurs tests de la Relativité Générale d'Einstein et la recherche d'ondes gravitationnelles émises par les trous noirs binaires super-massifs situés au centre des galaxies voisines.
Date

L'arbre urbain et son rôle dans la diffusion de parasites forestiers : un éclairage pour l’aménagement de nos paysages


©A.Dowkiw,INRA

Nos paysages naissent de l’action d’une multitude d’intervenants, privés ou publics, qui les modèlent de façon plus ou moins concertée pour les rendre tels que nous les connaissons. L’arbre, qu’il soit forestier, champêtre ou urbain, isolé ou en massif, est une composante essentielle de nos paysages. L’arbre hors-forêt des bords de route et berges de Loire, ou l’arbre urbain planté dans nos parcs et jardins, est loin d’être isolé écologiquement de ses congénères forestiers, et participe activement à la dynamique de circulation de la biodiversité associée à nos paysages, qu’il s’agisse d’espèces considérées patrimoniales, ordinaires ou nuisibles.
Le projet ADRIEN (Arbres Dispersés et Rôle dans les Invasions d’Espèces Nuisibles) porté par l’Inra d’Orléans et soutenu par la Région Centre s’intéresse aux continuités écologiques favorisant la circulation des organismes entre les milieux forestiers et non forestiers en recensant les populations de peupliers, pins, cèdres et mélèzes hors-forêt de notre région et en étudiant la circulation de trois espèces parasites associés : le puceron lanigère, la rouille du peuplier et la processionnaire du pin. Cette étude s’appuie en particulier sur la quantification et la cartographie de ces populations d’arbres hors-forêt sur la moitié nord de l’agglomération orléanaise, située à l’interface Loire / Beauce / Forêt d’Orléans.
Le projet ADRIEN permettra ainsi de mieux connaître la genèse de nos paysages urbains et périurbains, ainsi que les relations écologiques qu’ils entretiennent avec les paysages ruraux voisins, et éclairera les aménageurs pour leurs futurs projets de plantations et leur intégration dans les politiques de « trames vertes et bleues ».
Date




Retour sommaire

Saison 2011-2012

Saison 2010-2011

Saison 2009-2010

Saison 2008-2009

Saison 2007-2008

Saison 2006-2007

Saison 2005-2006

Page mise à jour le 15 août 2015 à 21h54
Réalisation